Les origines du paréo

Les origines du paréo

Qui n’a pas dans son dressing un paréo qui attend patiemment l’été ou les vacances pour être sorti ? Saviez vous qu’avant de se retrouver sur les plages du monde entier le paréo que vous connaissez actuellement était différent ? Découvrez donc les origines de votre compagnon de plage préféré …

Tout d’abord sachez que le paréo que vous connaissez tous vient tout simplement de Polynésie Française, de Tahiti précisément. Auparant il était fait à partir de matière végétale : de murier a papier, d’arbre a pain (uru en tahitien) etc pour en faire une belle fibre que l’on assouplissait et qui était appelée « tapa » (qui vient du mot hawaïen « KAPA » qui veut dire ce qui est battu ). Aujourd’hui ce genre de tissu est utilisé en Polynésie comme support pour l’artisanat d’art, de grandes cérémonies ou pour des spectacles de danse.

Une fois le tissage et textiles introduit en Polynesie par les Européens le tapa prit le nom tahitien de « pāreu » que nous connaissons tous sous le nom de paréo qui en Polynésie est porté aussi bien par les hommes que par les femmes.

Dans les années 1800 les explorateurs Européens puis les missionnaires chrétiens débarquèrent en Polynésie. Ces missionnaires étaient désireux de « civiliser » les Tahitiens et leur apprirent qu’il y avait un degré de modestie et de pudeur. Ils leurs introduisent alors textiles et vêtements Européens de meilleure qualité et plus durables, fonctionnels que les vêtements traditionnels le tapa qui avait tendance à vite se détériorer et brunir. Ainsi les Tahitiens firent évoluer le tapa en paréo.

Les dessins Tahitiens sur les paréos étaient dessinés à main levée ressemblant aux dessins des sculptures de bois, des tatouages ou en utilisant des fleurs, fougères qu’on recouvrait d’encre puis on les pressait alors sur le paréo pour transférer le dessin de fleur etc. Puis plus tard la copie de bloc et la sérigraphie sont apparus.

Voici 3 méthodes utilisées à Tahiti pour fabriquer les paréos :

Diverses parties du tissu sont trempées dans des bains de teintures, pour créer des dégradés et des zones de couleurs différentes. Le paréo est ensuite étendu à plat au soleil. Des feuilles de fougères et des fleurs ou des modèles (patrons) sont déposés à sa surface, et modifient la couleur du tissu durant le séchage au soleil, imprégnant le paréo de motifs.
Une autre méthode consiste à étendre la pièce de tissu, puis de dessiner les contours du motif à l’aide d’une ligne de cire. Les différentes couleurs sont ensuite appliquées à l’aide d’une éponge imbibée de teintures. Il est mis à sécher au soleil, puis lavé dans un bain bouillant pour retirer la cire et fixer les couleurs et de nouveau relave avant un dernier séchage. ( méthode du batik )
Avec des teintures photo sensibles le tissu est teint puis il est lie et tordu pour créer une texture plus fluide et naturelle puis du sel est légèrement mis sur le tissu pour absorber un peu de teinture et les motifs tahitiens sont places sur le paréo. Tout ce qui est nécessaire est un ciel ensoleillé et de la patience.

ET LE SARONG ALORS ?

En Asie du Sud Est beaucoup de régions utilisent le sarong qui vient du malais « sarung » qui signifie étui. Il est souvent utilise pour des cérémonies religieuses ( par exemple en Malaysie & Indonésie le vendredi pour aller à la mosquée, à Bali pour les cérémonies hindou etc ) ou encore pour la mode. Le sarong vient de Java et de Malaysie : un morceau de tissu de pres de 2m de long qu’on entoure autour autour des hanches. Tout comme le paréo le sarong est unisexe et il est porté assez quotidiennement pour son confort et flexibilité à la maison.

En fait dans beaucoup de pays le paréo est utilisé mais son nom n’est pas forcement celui de « paréo », son nom diffère en fonction du pays. Lorsque vous achetez un paréo et vous interrogerez si vous devez appeler cela un paréo ou un sarong sachez que ce qui les différencie principalement est leur design : très coloré et souvent avec des fleurs, fougères, motifs tahitiens pour les paréos tandis que les sarongs restent dans des couleurs plus douces et des dessins de nature avec beaucoup de détails.

Tous les 2 demandent beaucoup de patience car ils sont faits artisanalement et leur temps de création dépend donc aussi du soleil qui est un acteur du procédé de fabrication.

N’hésitez pas à découvrir toute notre gamme de paréos d’inspiration Tahitienne et de paréos Balinais, oups pardon je voulais dire sarongs Balinais ☺

EN IMAGES …

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *